WEBZINE N° 24
La femme qui plantait des couleurs
rencontre
Chou-fleur rôti, crispy furikake, beurre au piment ancho
cuisine
Poilley
photo
Montrez ce lien, que je ne saurais voir
mystère
Silence
mot
Archives
webzine N°24
rencontre
cuisine
photo
mystère
mot
Archives

Rencontre avec des êtres extraordinaires

Il est de ces gens dont la rencontre vous ébranle. Par leur volonté et leur intelligence de l’autre. Par leur façon de voir la vie et de la vivre. Par leur engagement dans notre société.

Vous vous sentez grandis de les avoir approchés, regardés ou entendus. Leurs engagements sont pourtant modestes. Ils passent souvent même inaperçus. Ces êtres sont presque anonymes, mais uniquement pour ceux qui sont loin d’eux.
Nous avons voulu leur rendre hommage. Vous les faire rencontrer.

La femme qui plantait des couleurs

 

J’ai découvert l’univers de Cécilia Metzli Aguirre par mon AMAP (AMAP de l’Ourcq).

Cécilia est portée par deux passions : son amour de la couleur et sa conscience écologique.

Tous ses projets tissent des liens entre la couleur et l’écologie et, avec le temps, cette trajectoire bâtie avec une grande constance dessine une vraie cohérence de vie.

Restauratrice spécialité arts textiles, formée à l’Institut national du patrimoine (INP), promotion 2000, Cécilia s’est rapidement intéressée aux teintures naturelles et a souhaité les introduire dans la restauration des œuvres d’art (les teintures textiles sont une catastrophe écologique et comptent parmi les scandales environnementaux). En 2006, elle obtient une bourse de la Fondation Carnot qui lui permet de faire le tour du monde et de confronter ses connaissances avec celles d’ailleurs, notamment au Mali (technique de l’indigo), au Brésil et en Inde. Cette étude lui a permis de valider ses tests et processus pour les couleurs grand teint connues des anciens. Elle a ensuite formé ses collègues et futurs collègues de l’INP.

Cécilia a souhaité aller encore plus loin en remontant la filière de la teinture, à savoir cultiver des plantes tinctoriales.

Après une formation en permaculture de petite surface à la ferme biologique du Bec-Hellouin puis un BPREA (Brevet professionnel responsable d’entreprise agricole) en maraîchage agricole qui lui a donné le statut d’agricultrice, elle a eu le droit de s’installer.

Comme lieu d’expérimentation, elle a choisi un terrain de 3 ha appartenant à feu son grand-père au sein du parc naturel de la Haute-Vallée de Chevreuse.

 

Lever du jour sur la ferme. @ac_picturing

La micro-ferme des Lilas est née en 2014.

Voici la genèse du projet en vidéo.

L’installation se fait progressivement, du fait du temps consacré (la micro-ferme reste une activité secondaire) et des aménagements qui sont totalement autofinancés (il n’y a pas d’aide agricole possible pour les cotisants solidaires).

 

Vue des cultures. @ac-picturing

 

Coupe de la persicaire à indigo.

 

Gaudes en fleurs au premier plan. @ac_picturing

 

Cosmos et roses d’Inde dans un mandala. @ac_picturing

 

En 2018, installation d’une petite serre ; en 2019, un séchoir à plantes et création de l’AMAP Tinctilis (première AMAP de plantes tinctoriales en France) pour promouvoir une filière textile locale et écologique avec traçabilité.

 

Mise en claies des roses d’Inde. @ac_picturing

 

La même année, les ventes commencent (plantes tinctoriales, plantes aromatiques et médicinales, ainsi que des aromates gastronomiques).

Les principales plantes tinctoriales en production sont : la gaude (reseda luteola) pour le jaune, la garance pour le rouge, la persicaire (persicaria) pour l’indigo, l’aulne (glutinosa) pour le brun, et le cosmos sulfureux (cosmos sulfureus) pour l’orange.

 

Pâte d’indigo extraite des feuilles de persicaire à indigo.

 

Couleur fraîche d’indigo de persicaire.

 

En 2020, la micro-ferme est totalement labellisée agriculture biologique.

Cécilia ne souhaite pas s’arrêter là. Elle suit actuellement une formation d’herboriste. Son rêve : créer des textiles médecines avec des couleurs naturelles qui jouent sur les symboliques des couleurs et leurs propriétés énergétiques.

Quel joli rêve !

 

Nuancier de la ferme sur écheveaux de laine : indigo de persicaire, de pastel, gaude, cosmos, aulne, garance.

 

Guirlande de drapeaux aux couleurs de la ferme, un rappel aux drapeaux de prière tibétains. @ac_picturing

 


Cécilia Metzli Aguirre

Cécilia Metzli Aguirre est restauratrice du patrimoine spécialisée en textiles et également agricultrice à la tête de la Micro-ferme des Lilas, 78.

Cet article est tir du numro 24 du webzine https://www.lesmotsdesanges.com/V2 imagin par 4ine et ses invits
;