WEBZINE N° 14
Hiver 2011/2012
L’architecte habite avec nous !
rencontre
Pour un art poétique
cuisine
« Sans titre »
photo
La pifométrie
mystère
Attachiant
mot
Archives
webzine N°14
rencontre
cuisine
photo
mystère
mot
Archives

Ma photo préférée

La règle du jeu : un(e) photographe de métier nous présente parmi toutes ses créations celle qui a sa préférence.
Et il (elle) nous explique pourquoi c’est celle-ci plutôt qu’une autre.

« Sans titre »

 

Michael_Duperrin

 

Cette photo Michaël Duperrin l’a prise lors d’une de ses balades / errances pendant la période où il faisait des images dans la rue.

La rue comme surface sensible, rencontre possible des gens croisés, sollicitations de l’instant.

Elle faisait au départ partie de la série Chemin faisant mais il l’a finalement rajoutée dans la série À corps perdus (j’avais entendu “Accords perdus”).

Quant à savoir si c’est sa photo préférée, la question est difficile. Alors Michaël a choisi sa photo préférée du moment où il a répondu.

Cet homme qui marche de dos, acéphale, certains croient que c’est lui. Il aime l’idée qu’il pourrait le leur faire croire.

Est-ce parce qu’enfant il était fasciné par le portait d’un oncle mort bien avant sa naissance que Michaël fait des photos où les êtres semblent absents d’eux-mêmes, flottant dans un monde de silence, à la fois légers et très présents, en apesanteur et enracinés ?

Si son travail est réfléchi, il est aussi pulsionnel. Michaël veut produire une forme qui tienne. Il ne veut pas représenter ni dire, mais faire. La photo comme la peinture pour Bacon, qui a dit “Ça dit rien la peinture”.

 


Michaël Duperrin

Michaël Duperrin, né en 1972 à Toulouse, vit à Paris.

Après des études de cinéma où il s'est intéressé à la mise en scène, il choisit la photographie, moyen plus léger et moins coûteux de voyager, de « fouiller » l'image.

Pour Michaël, la photographie semble tendue entre deux pôles : l'empreinte et l'écriture.

Il travaille par séries. « En son absence » a fait l'objet d'un livre avec une belle préface de Christian Caujolle : « Elles [les photographies] sont là parce qu'elles devaient être. Et qu'il ne pouvait en être autrement. Elles sont là comme cadre, lumière, étagement et vibration des gris, organisation des formes […] ».

Cet article est tir du numro 14 du webzine https://www.lesmotsdesanges.com/V2 imagin par 4ine et ses invits
;